Se connecter

Savoir & Culture

Politique

Sujet : Une candidature unique à gauche pour 2022
2
taupe_gunn
21 janvier 2020 à 00:39:29

L'election se resume à "celui qui gagne est celui qui à le plus de monde derriere lui" donc si c'est un rapport de force la force du nombre c'est juste institutionalisé

Non, c'est beaucoup trop biaisé. L'élection, c'est surtout : celui qui engagera le plus de tunes dans la bataille et qui sera le chouchou des média l'emportera.

Donc si le gouvernement gagne les rapports de force et que l'élection n'est pas un moyen viable on fait quoi ?

On travaille le rapport de force dans la rue. Jusqu'à ce que ca marche. Comme à chaque fois qu'il y a eu du changement de fond et des avancées sociales décisives jusqu'ici.
Ou alors on se résigne et on attend la mort en se faisant chaque jour un peu plus tondre :hap:

Ca va probablement fortement se radicaliser dans les prochaines années.
L'exemple de la grève actuelle est éloquent : aujourd'hui ca ne sert plus à rien de faire grève, ni de s'opposer de manière pacifique. Le pouvoir s'en tamponne totalement.
Donc les mécontents, dont la vie est de plus en plus jeu, seront bien obligés de se tourner vers des méthodes plus musclées...

Dynawild4
21 janvier 2020 à 01:02:14

Le 21 janvier 2020 à 00:39:29 taupe_gunn a écrit :

L'election se resume à "celui qui gagne est celui qui à le plus de monde derriere lui" donc si c'est un rapport de force la force du nombre c'est juste institutionalisé

Non, c'est beaucoup trop biaisé. L'élection, c'est surtout : celui qui engagera le plus de tunes dans la bataille et qui sera le chouchou des média l'emportera.

Donc si le gouvernement gagne les rapports de force et que l'élection n'est pas un moyen viable on fait quoi ?

On travaille le rapport de force dans la rue. Jusqu'à ce que ca marche. Comme à chaque fois qu'il y a eu du changement de fond et des avancées sociales décisives jusqu'ici.
Ou alors on se résigne et on attend la mort en se faisant chaque jour un peu plus tondre :hap:

Ca va probablement fortement se radicaliser dans les prochaines années.
L'exemple de la grève actuelle est éloquent : aujourd'hui ca ne sert plus à rien de faire grève, ni de s'opposer de manière pacifique. Le pouvoir s'en tamponne totalement.
Donc les mécontents, dont la vie est de plus en plus jeu, seront bien obligés de se tourner vers des méthodes plus musclées...

Que je sache ce ne sont pas les medias qui votent, ils ne mettent pas non plus un couteau sous la gorge aux electeurs qui font leurs choix en citoyens adultes dans l'isoloir :hap:

Le RN n'a pas vraiment la faveurs des medias pourtant il se retrouve aux deuxiéme tour

donc bon l'influence des medias faiseurs d'élections... :hap:

En outre les gens "dans la rue" regarde aussi les medias donc celon ta logique c'est tous aussi biaisé :hap:

Et ça veux dire "travailler dans la rue" exactement ?

La greve actuelle montre cependant le contraire le gouv à beaucoup laché depuis le 4 decembre sur le régimes spéciaux, la revalorisation des salaires des enseignants, la statuts de certains fonctionnaire, l'age pivot...

Donc visiblement faire gréve fait bouger le gouv :hap:

Et quels méthodes plus musclés exactements ? Non parce que la "radicalisation" des mouvements sociaux on nous la prédit depuis 10 ans et pourtant on voie pas des masses de sans culottes monté à l'assaut de l'élysé :hap:

pandaron
21 janvier 2020 à 09:45:03

Le 20 janvier 2020 à 22:44:40 Dynawild4 a écrit :

Le 20 janvier 2020 à 22:22:40 pandaron a écrit :

Le 20 janvier 2020 à 21:29:08 Dynawild4 a écrit :

Le 20 janvier 2020 à 21:16:55 pandaron a écrit :

Le 20 janvier 2020 à 20:57:52 taupe_gunn a écrit :

J'aimerais vraiement que tu nous expliques si ce n'est pas par les urnes par QUOI le "changement" va passer ?

Je ne dis pas que le changement "va" se passer : j'ai pas de boule de cristal. Mais si ca arrive, ce sera comme d'habitude : par la rue et le rapport de force.

Sauf que le rapport de force penche tout entier en faveur du gouvernement pour l’instant. Les institutions de la 5ème république sont un verrou à l’expression de l’opposition populaire.

En quoi ?

L’assemblée nationale élu tous les cinq ans se résume aujourd’hui à la chambre d’enregistrement du gouvernement. Il n’y a qu’une seule élection qui compte, la présidentielle et tant que le president actuel sera à plus de 25% dans les sondages, il sait qu’il peut faire ce qu’il veut sans contrepouvoirs réels. En gros, l’expression de l’opinion populaire est réduite à une élection tous les cinq ans qui est l’objet d’une effervescence démocratique puis d’une mort cérébrale pendant les années à suivre.

L'assemblée nationale n'est acquis à l'executif que si ce dernier à une majorité absolue majorité donné par les électeurs donc aprés il ne faut pas venir ce plaindre que le roi fait la bringue au palais bourbon si on lui a refilé les clefs du chateau.

Je rapelle que le Sénat existe également et qu'il n'est pas forcement acquis à l'executif comme c'est le cas en moment

Avec la decentralisation et l'affaiblissement de l'état les pouvoirs locaux ont beaucoup plus de pouvoirs qu'avant et ne sont pas forcement aquis à l'executif (pareil aujourd'hui l'executif à trés peu la main sur les piuvoirs locaux)

Les syndicats représente aussi un contre pouvoirs l'actualité en est un exemple édifiant

La presse est également un moyens d'expression de l'opposition

Bref, il y a beaucoup de moyens d'opposition encore faut il regarder autour de soi et ce bouger un peu :hap:

Je crois que tu as une mauvaise analyse de la situation.

1. L’AN est toujours acquise à l’éxécutif et ce n’est pas parce que c’est la même couleur politique au gouvernement et à l’AN. Le gouvernement dispose de beaucoup d’éléments pour discipliner le parlement (article 12 de la C, reglement de l’AN, ordonnance etc...) de gouvernement malgré lui (article 49 al.3 de la C). L’épisode des frondeurs du PS devrait te convaincre que même si elle le voulait, l’AN n’a aucun pouvoir face au gouvernement.

2. Très bien la décentralisation mais il faut pas oublier que le maire est quand même sous la tutelle du prefet dans les actes de police administrative. Il faut arrêter de penser que le néolibéralisme affaiblit l’Etat, c’est faux. Le néolibéralisme a besoin de l’Etat pour faire fonctionner le marché du coup l’Etat n’est pas si faible que l’on peut l’imaginer.

3. Les syndicats comme contrepouvoirs? Ils sont en grèves depuis 48 jours et le gouvernement n’a presque rien cédé niveau négociation, penser l’inverse c’est ne pas avoir suivi l’actualité.

4. La presse comme moyen de pression de l’opposition? C’est assez peu crédible vu les gens qui possèdent toute la presse écrite. À part faire les larbins du pouvoirs, les journalistes ne servent plus à grand chose aujourd’hui et c’est pour cela que les français se méfient d’eux de plus en plus. Internet à la limite serait un moyen de liberté d’expression et d’opposition mais pas la presse.

taupequatorze
21 janvier 2020 à 10:28:56

Je suis assez d'accord, même si j'apporterai un petit bémol :

2. Très bien la décentralisation mais il faut pas oublier que le maire est quand même sous la tutelle du prefet dans les actes de police administrative. Il faut arrêter de penser que le néolibéralisme affaiblit l’Etat, c’est faux. Le néolibéralisme a besoin de l’Etat pour faire fonctionner le marché du coup l’Etat n’est pas si faible que l’on peut l’imaginer.

Ca dépend de ce qu'on entend par "faible". Depuis quelques années il s'agit surtout pour l'Etat de saboter lui-même les services publics et de réduire son champ d'intervention aux seules compétences "régaliennes" de police et d'armée (tout en ouvrant peu à peu ces champs à la concurrence, également, cf : les très nombreuses boites de sécurité privées qui voient le jour et qui font de plus en plus les boulots autrefois étatiques. Un exemple récent est l'évasion de Carlos Ghosn. Les exfiltrations, c'était l'apanage des Etats. Maintenant si tu es riche tu peux te payer des privés qui feront le même boulot.

Dans le néolibéralisme, l'Etat devient une force au service du capitalisme, et plus du tout au service du bien commun.

Dynawild4
21 janvier 2020 à 13:26:38

Le 21 janvier 2020 à 09:45:03 pandaron a écrit :

Le 20 janvier 2020 à 22:44:40 Dynawild4 a écrit :

Le 20 janvier 2020 à 22:22:40 pandaron a écrit :

Le 20 janvier 2020 à 21:29:08 Dynawild4 a écrit :

Le 20 janvier 2020 à 21:16:55 pandaron a écrit :

Le 20 janvier 2020 à 20:57:52 taupe_gunn a écrit :

J'aimerais vraiement que tu nous expliques si ce n'est pas par les urnes par QUOI le "changement" va passer ?

Je ne dis pas que le changement "va" se passer : j'ai pas de boule de cristal. Mais si ca arrive, ce sera comme d'habitude : par la rue et le rapport de force.

Sauf que le rapport de force penche tout entier en faveur du gouvernement pour l’instant. Les institutions de la 5ème république sont un verrou à l’expression de l’opposition populaire.

En quoi ?

L’assemblée nationale élu tous les cinq ans se résume aujourd’hui à la chambre d’enregistrement du gouvernement. Il n’y a qu’une seule élection qui compte, la présidentielle et tant que le president actuel sera à plus de 25% dans les sondages, il sait qu’il peut faire ce qu’il veut sans contrepouvoirs réels. En gros, l’expression de l’opinion populaire est réduite à une élection tous les cinq ans qui est l’objet d’une effervescence démocratique puis d’une mort cérébrale pendant les années à suivre.

L'assemblée nationale n'est acquis à l'executif que si ce dernier à une majorité absolue majorité donné par les électeurs donc aprés il ne faut pas venir ce plaindre que le roi fait la bringue au palais bourbon si on lui a refilé les clefs du chateau.

Je rapelle que le Sénat existe également et qu'il n'est pas forcement acquis à l'executif comme c'est le cas en moment

Avec la decentralisation et l'affaiblissement de l'état les pouvoirs locaux ont beaucoup plus de pouvoirs qu'avant et ne sont pas forcement aquis à l'executif (pareil aujourd'hui l'executif à trés peu la main sur les piuvoirs locaux)

Les syndicats représente aussi un contre pouvoirs l'actualité en est un exemple édifiant

La presse est également un moyens d'expression de l'opposition

Bref, il y a beaucoup de moyens d'opposition encore faut il regarder autour de soi et ce bouger un peu :hap:

Je crois que tu as une mauvaise analyse de la situation.

1. L’AN est toujours acquise à l’éxécutif et ce n’est pas parce que c’est la même couleur politique au gouvernement et à l’AN. Le gouvernement dispose de beaucoup d’éléments pour discipliner le parlement (article 12 de la C, reglement de l’AN, ordonnance etc...) de gouvernement malgré lui (article 49 al.3 de la C). L’épisode des frondeurs du PS devrait te convaincre que même si elle le voulait, l’AN n’a aucun pouvoir face au gouvernement.

2. Très bien la décentralisation mais il faut pas oublier que le maire est quand même sous la tutelle du prefet dans les actes de police administrative. Il faut arrêter de penser que le néolibéralisme affaiblit l’Etat, c’est faux. Le néolibéralisme a besoin de l’Etat pour faire fonctionner le marché du coup l’Etat n’est pas si faible que l’on peut l’imaginer.

3. Les syndicats comme contrepouvoirs? Ils sont en grèves depuis 48 jours et le gouvernement n’a presque rien cédé niveau négociation, penser l’inverse c’est ne pas avoir suivi l’actualité.

4. La presse comme moyen de pression de l’opposition? C’est assez peu crédible vu les gens qui possèdent toute la presse écrite. À part faire les larbins du pouvoirs, les journalistes ne servent plus à grand chose aujourd’hui et c’est pour cela que les français se méfient d’eux de plus en plus. Internet à la limite serait un moyen de liberté d’expression et d’opposition mais pas la presse.

Je crois que tu devrais reviser un peu ton droit constit :hap:

article 12 de la constit à démontrer que c'est une arme trés incertaine en preuve la decision de Chirac de l'utiliser et qui c'est retrouver avec une majorité de l'opposition et donc un gouvernement de cohabition torpillant son autorité.

La encore si les citoyens décident de pas filer les clés du chateau au président, il est baisé :hap:

En quoi le reglement de l'AN est un moyen de controle du Gouv ? Je te rapelle qu'il s'agit d'un réglement intérieur fixé par la chambre elle meme, aplliqué par elle et donc la modification est à la discrétion unique de ses membres

Le 49,3 n'a de sens que si le gouv à une majorité à l'assemblée sinon cela revient pour le gouvernement à se suicider, donc la encore le pouvoir de l'executif à l'assemblée repose sur la décision des électeurs de lui fournir une majorité

Que vient faire le néolibéralisme la dedans ? (qui au passage est pour la quasi disparition de l'état, on relis ces classiques s'il vous plait :hap:) La decentralisation est trés loin de ce limité aux maires (conseil régionaux, départemantaux, communauté de communes, agences locales ect...) ces organismes couvrent des donmaines de décisions autrment plus large que la simple police administrative (au passage la controle du prefet dans ce domaine est seulement administratif donc de conformité à part dans les communes dites à polices étatisé mais dans le cadre de la décentralisation c'est un point de détail.

C'est une plaisanterie ? Le gouv à énormement reculé sur l'essence meme de la réforme dont j'ai donné suelement certains point à Taupes je ne sais pas quelle actualité tu suis mais il va falloir expliqué en QUOI le gou n'a pas bougé ou presque :hap:

Il faudrait commencer par comprendre que la presse ce n'est pas uniquement le Monde est BFMTV, des papiers qui ciritique le gouv il y en a un certains nombre (Charlie ebdo, le canard enchainé, Médiapart, meme Libé en ce moment) à qui ils appartiennent on s'en fiche du moment que leurs lignes est celle d'une forme d'opposition

Il y en a en plus moins connus mais qui sont aussi d'opposition Fakir par exemple

Bref il faut juste sortir un peu de twitter et de BFMTV et regarder autour de soi :hap:

Dynawild4
21 janvier 2020 à 13:37:30

Dernier point je rapelle pour mémoire que le 49, 3 fut utilisé par Valls JUSTEMENT car il n'arrivait pas un garder sa majorité sous controle sur un PJL dans le cadre de la procédure normale d''examen du texte , l'utilisation est au contraire une preuve de la faiblesse du controle du gouv sur sa propre majorité pas l'inverse

le_litchi01
21 janvier 2020 à 17:26:39

Plus jamais de cartel des gauches

khermelias2
22 janvier 2020 à 13:59:34

Oui je pense comme l'auteur.

A mon avis au premier tour c'est Lepen et Macron qui passe. Au second Macron.

S'il y avait moins de candidats ça ne serait pas le cas :hap:

HumainGros
25 janvier 2020 à 14:59:49

Une candidature unique à gauche est très probable.
Mais il faut tout d'abord se mettre d'accord sur ce qu'est la gauche.
On n'oublie pas Hollande, on n'oublie pas le PS. Et je pense qu'il serait judicieux de ne pas répéter les mêmes erreurs.

Union possible entre:

-FI
-PC
-NPA
-Génération
-la gauche du PS (anti Hollande)
-la EELV
-Place Publique
-autres ?

L'union est possible avec tous ceux qui se mobilisent actuellement contre la réforme des retraites.

Ces gens se sont rassemblés pour un meeting commun contre la réforme. Était présent:

-Fabien Roussel (PCF)
-Olivier Besancenot (NPA)
-Eric Coquerel (FI)
-Olivier Faure (PS)
-Julien Bayou (EELV)
-Nathalie Arthaud (LO)
- +2 autres personnes que je ne connais pas.

https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/12/11/reforme-des-retraites-les-partis-de-gauche-cherchent-l-union-pour-contrer-le-gouvernement_6022547_823448.html

Si ces personnes se mettent d'accord pour un candidat, la gauche a toutes ses chances.
Stratégiquement, il faut que ce candidat ne vienne pas du PS car ce parti n'a plus aucune crédibilité après Macron. Et il faut pas qu'il représente un parti mais bien une union des partis.
Un candidat qui représente un front commun pour des politiques sociales et écologiques.

On verra bien. Mes craintes concernent la propagande des médias avec un chantage sur la possible arrivée de RN au pouvoir, il est possible que par dépit on élise un réformiste macron bis soit disant ecolo et de gauche qui manque de vrais propositions et qui n'hésitera pas à gouverner avec des macronistes (on en retrouve plein au PS, EELV, PB...)

HumainGros
25 janvier 2020 à 15:01:34

Si il n'y a pas de candidature unique à gauche, je n'irai tout simplement pas voter.

frede69
28 janvier 2020 à 11:04:55

Faire une union de la gauche nationalement pour appliquer les mêmes politiques européïstes avec un pseudo verni social ça ne sert à rien.
Il faut reprendre en main notre souveraineté avant de pouvoir appliquer un programme autantiquement de «gauche» au moins.

Kariosio
28 janvier 2020 à 19:54:57

Je suis d'accord mais face à la menace de l'ultra libéralisme macron et de l'extrême droite Lepen, je vois pas d'autres solutions... Après j'espère que on sera pas contraint de voter pour un socialiste DU PS

2
Sujet : Une candidature unique à gauche pour 2022
   Retour haut de page
Consulter la version web de cette page