Se connecter

Savoir & Culture

Histoire

Sujet : Droit de cuissage
1
Martrzz
08 janvier 2019 à 19:38:19

Bonjour je vois des personnes "importantes " en parler. La dernière étant schiappa. Mais je pensais que c'était un mythe, du coup un spécialiste des lois médiévales pour m'éclairer merci !

foxdieduturfu
08 janvier 2019 à 19:49:16

Oui c'est un mythe

Vesanie
08 janvier 2019 à 20:26:45

L'histoire du droit de cuissage tient sa visibilité principalement de Voltaire qui l'évoqua sans preuves, puis de la Sorcière de l'historien republicaniste Michelet, en 1862, qui vouait aux gémonies l'âge féodal.

Le droit français ne comporte rien permettant d'accréditer cette thèse. C'est un mythe relayé durant trois siècles par les progressistes en tout genre, des lumières aux féministes en passant par les marxistes.

taupe-secrete
08 janvier 2019 à 21:55:27

C'est un mythe relayé durant trois siècles par les progressistes en tout genre,

Cette caricature de vieux réac haineux :rire:

En réalité non : ca fait longtemps que l'immense majorité des progressistes sait très bien que le droit de cuissage est un mythe :ok:

Vesanie
08 janvier 2019 à 22:04:18

Ce qui n'empêche pas que ce mythe ait été relayé durant trois siècles par les progressistes en tout genre.

Tu sais faire autre chose qu'étaler en permanence ton indigence intellectuelle ? C'est déjà assez peu supportable sur le forum Politique, t'es pas obligé de t'afficher sur tous les forums lol.

Martrzz
08 janvier 2019 à 22:31:49

Merci j'ai eu ma réponse ne vous battez pas pour moi !

dreadead
08 janvier 2019 à 22:53:58

Les personnes « importantes » comme Schiappa ne sont pas forcément très pertinentes pour parler de ce sujet. Sinon, pour la question de l’existence du droit de cuissage, la réponse est nuancée. Le droit de cuissage, en tant que droit juridique stricto-sensu n’existait pas (en France en tout cas). C'est un mythe. Mais paradoxalement, dire qu'il n'existait pas est un peu un mythe de mythe. Dans le sens où il existait un tel droit dans des pays voisins de la France(notamment dans les différents royaumes né suite à la reconquête, c'était un peu le bordel en terme juridique) et que de manière générale la société médiévale permettait dans certaines conditions le viol d'une femme. Les sociétés féodales sont des sociétés basées sur l'honneur, un honneur familial, qui s'applique aussi aux femmes. Ainsi, le viol(comme on l'entendrait de nos jours, sexe non consentant) n'est problématique que s'il atteint l'honneur de la femme(et par la même occasion celle de sa famille), dans le cas contraire, qu'un homme est de relation sexuel avec une femme, consentante ou non, n'est pas problématique. De se fait, violer une femme célibataire, de condition modeste, ne cause aucun problème, elle n'a pas de famille, elle n'a donc pas d'honneur à défendre ! Cela vaut aussi pour les femmes dont la famille(si famille elle a) dépend entièrement d'une famille noble. Certains textes juridiques allaient jusqu’à dire qu’une domestique n'avait pas le droit de porter plainte si son seigneur la violait.
Donc pour résumer: oui mais non.

BanPasCompris
09 janvier 2019 à 01:07:15

C'est un mythe et il y a au contraire des seigneurs qui ont été condamnés pour abus, notamment sexuels, sur leurs paysans.

taupe-secrete
09 janvier 2019 à 08:44:35

Ce qui n'empêche pas que ce mythe ait été relayé durant trois siècles par les progressistes en tout genre.

Fake news : il a été relayé par une poignée de personnes mal informée, c'est tout.

Ta haine des progressistes t'aveugle :ok:

Tu sais faire autre chose qu'étaler en permanence ton indigence intellectuelle ?

gngeugngeue les progressistes cé dé méchan é ceu ki son pas dakor son idigen dna leur intelelct :sarcastic:

C'est déjà assez peu supportable sur le forum Politique, t'es pas obligé de t'afficher sur tous les forums lol.

Va pleurer ailleurs, le random. Je ne te connais pas.

BanPasCompris
09 janvier 2019 à 08:54:01

Le 09 janvier 2019 à 08:44:35 taupe-secrete a écrit :

Ce qui n'empêche pas que ce mythe ait été relayé durant trois siècles par les progressistes en tout genre.

Fake news : il a été relayé par une poignée de personnes mal informée, c'est tout.

Ta haine des progressistes t'aveugle :ok:

Tu sais faire autre chose qu'étaler en permanence ton indigence intellectuelle ?

gngeugngeue les progressistes cé dé méchan é ceu ki son pas dakor son idigen dna leur intelelct :sarcastic:

C'est déjà assez peu supportable sur le forum Politique, t'es pas obligé de t'afficher sur tous les forums lol.

Va pleurer ailleurs, le random. Je ne te connais pas.

Nous non plus on te connait pas et on aimerait bien que toi et ton acolyte ne confondiez pas le forum politique, sur lequel vous semblez oeuvrer, avec ce forum, à pure vocation historique.

Diaousmane93
09 janvier 2019 à 12:16:53

La question m'intéresse, ma profs de français en à parlé hier comme d'une vérité sur le moyen age, mais j'avais déjà lu quelque part que c'était un mythe. Surtout à propos de Braveheart :hap: ou c'est ce qui déclenche le bordel en écosse dans mes souvenirs
Donc si qqn a des exemples historiques en France et en Europe de ce genres de loi ça m'intéresse !

Martrzz
09 janvier 2019 à 12:31:06

Oui moi aussi ma prof de philo m'en avait parlé. Si c'est un mythe bonjour la diabolisation du moyen âge

arcob91
09 janvier 2019 à 20:32:57

Bonsoir,

Tout comme un bonnet n'est pas une chaussure, le droit de cuissage n'est pas un mythe. Par contre on peut qualifier l'idée du droit de cuissage comme l'émanation d'une "CROYANCE", terme plus exact que celui de "MYTHE".
Mais on a bien crée un mythe.

La croyance est un processus mental initié par une personne qui adhère à une thèse (ou une hypothèse), de façon qu’elle les considère comme vérité, indépendamment des faits, ou de l'absence de faits, confirmant ou infirmant cette thèse ou cette hypothèse.

Un mythe est une construction imaginaire qui se veut explicative de phénomènes cosmiques ou sociaux, en somme un
récit fabuleux, souvent d'origine populaire, qui met en scène des êtres (dieux, demi-dieux, héros, animaux, forces naturelles) symboliques, ou bien, dans une seconde acception, une présentation idéalisée de faits ou de personnages réels ou imaginaires déformés et/ou amplifiés.

Le mythe verse vraiment dans l'imaginaire; la croyance, elle, s'enracine dans le réel, névrotique ou non. Saisissez-vous la nuance, la césure?

D'où proviennent les croyances sur le "droit de cuissage"? Originellement, de faits bien réels:

les exercices, très pratiqués, à partir du moyen-âge central, et jusque au début de la renaissance, (sauf erreur, en grande partie,sur ces périodes) :

-du droit de formariage (formariage en anglais :( ) dit aussi droit de cullage
-du droit de mortemain , éventuellement (1)

Le droit de formariage, lié au servage, consistait normalement en la demande d' un versement de compensations financières, formulée par un maître, lorsque un serf (une femme, fort souvent) se mariait avec un autre serf (un homme!), attaché à une autre seigneurie, et s'en allait donc servir cet autre noble! Il pouvait, ce droit, ne pas être exercé, restant à la discrétion du seigneur en question. Il ne s'exerçait pas logiquement si le serf restait au service du maître, et donc soumis aux impôts coutumiers.

Remarques:
- les consonances existent entre les anciens mots de 'cullage' et de 'cuissage'. Elles générent de la confusion.
- En tant que coutume, le formariage s'apparente un peu à celle de la dot de mariage, en forme, en somme. La différence essentielle réside en la personne qui en bénéficie.

Qu'il se produisit des viols, commis par un seigneur, envers une future mariée, une paysanne de son domaine, que certains aient voulu se faire payer en nature, non en espèce, semblent des hypothèses largement envisageables, ce au pluriel. Mais ces actes ne relevaient absolument pas de l'exercice d'un DROIT, bien au contraire, plutôt d'un abus de pouvoir, d'un abus de droit.
Les indulgences, accordées parfois par l'Eglise, ne décourageaient pas toujours non plus ces pratiques immorales, plus que douteuses. Déplorons-le.

D'un autre côté, la forte contradiction entre l'exercice légal de droits nobiliaires comme le formariage, et l'application des caractères sacrés du mariage, et des saints sacrements, enseignés par l'Eglise, jetait aussi une certaine confusion dans les esprits.
O tempora! O mores! Droit séculier et droit coutumier ne s'accordaient pas forcément, en ces temps anciens.

Ces droits ne s'exerçaient pas partout, de la même manière en Europe, évidemment.
Mes écrits ne s'insèrent que dans un sujet bien cadré: celui d'une union maritale.

En termes légaux; le droit de cuissage n'existait pas. C'est bien rappelé par mes VDD.

Pourquoi ces faits ont-ils été déformés, exagérés, et aussi , "mythifiés"? Dans quelles intentions? Ce sont d'autres questions.
Une référence sur ces dernières intentions et questions:
https://www.persee.fr/doc/homso_0018-4306_1995_num_115_1_3775

Passez une bonne soirée http://www.noelshack.com/2019-02-3-1547053080-signature-jvc.png

(1) l'appropriation totale des biens résultant de l'héritage d'une personne décédée

Divicos450
09 janvier 2019 à 23:05:48

Le 09 janvier 2019 à 12:31:06 Martrzz a écrit :
Oui moi aussi ma prof de philo m'en avait parlé. Si c'est un mythe bonjour la diabolisation du moyen âge

On diabolise sciemment le moyen âge de toute façon depuis des siècles.

taupe-secret0
09 janvier 2019 à 23:33:46

On l'a un peu diabolisé pendant un temps. Pas tellement par méchanceté mais surtout parce que c'est une période qui se situe entre deux périodes phares de notre culture : l'antiquité et la renaissance... D'où son nom de "moyen-âge" d'ailleurs...

Mais bon, ca fait quand même un paquet d'années qui quiconque a étudié un peu l'Histoire sait que le MA n'est plus du tout diabolisé.

Il y a peut-être encore de la mauvaise vulgarisation qui reste coincée dans l'historiographie d'il y a 100 ans, mais ca, il y en a pour tous les domaines scientifiques...
On a bien encore des gens qui croient que le big bang représente l'origine de l'univers... Alors que la physique ne dit plus ca depuis environ 50 ans..

1
Sujet : Droit de cuissage
   Retour haut de page
Consulter la version web de cette page