Se connecter

Savoir & Culture

Histoire

Sujet : Alexandre Marius Jacob, le gentleman cambrioleur
1
Ultima-Thule56
Niveau 2
18 novembre 2023 à 18:23:54

J'ai découvert par hasard qu'Arséne Lupin aurait été inspiré par un voleur nommé Alexandre Marius Jacob même si Maurice Leblanc a toujours dit le contraire. En tout cas un sacré personnage le Jacob! Pour eux que ça intéresse :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marius_Jacob

arcob91
Niveau 11
19 novembre 2023 à 08:15:05

Bonjour,
Sacré personnage, Jacob!
J'ai failli connaître aussi, à quelques années d'intervalle, un autre satané joueur de violon
https://thomasnumismatics.com/actualites/bojarski/
( J'ai habité la même rue que lui )
Son histoire frise le rocambolesque. Les anecdotes ne manquent pas. C'est une richesse en soi.
Comment ne pas éprouver une certaine forme d'admiration, ou tout du moins d'intérêt, pour ces personnages assez atypiques dans leur manière de pratiquer un métier plutôt malhonnète? métier à déclarer: " collectionneur d'impostures "
Saluts
https://www.noelshack.com/2023-46-7-1700378003-1kgx-2.png

KroKriKra
Niveau 6
19 novembre 2023 à 10:43:36

Un brave homme.

Ultima-Thule56
Niveau 2
20 novembre 2023 à 14:39:18

Bonjour, @arcob91, merci pour l'info, je ne connaissais pas Bojarski.
Ce qui est fou c'est que ses faux billets valent maintenant beaucoup plus cher que les originaux : c'est sans doute une des preuves de son talent.
Je suis d'accord avec toi qu'on ne peut s'empêcher d'admirer ces personnages malgrès le fait qu'ils aient été hors la loi. Marius Jacob était un anarchiste non violent et quand on voit le niveau de misére à l'époque (fin du 19ieme), on peut comprendre ses motivations...
Je reste persuadé qu'il a bien servi de modèle à Maurice Leblanc. Mais celui-ci ne pouvait l'admettre pour au moins deux raisons. Déjà, au niveau littéraire, il est préférable pour le prestige de l'auteur que le personnage semble sorti de son imagination plutôt que de reprendre (=copier) les caractéristiques d'une personne réelle. Et surtout politiquement, à l'époque cela aurait été suicidaire pour Maurice Leblanc de faire d'un anarchiste un héros sympathique alors que la lutte contre ce courant politique battait son plein.

Ultima-Thule56
Niveau 2
20 novembre 2023 à 16:45:25

Maurice Leblanc avait couvert le procès de Marius Jacob:
Le 21 avril 1903, Alexandre est arrêté par la police. Son procès se déroule en mars 1905 à Amiens. C’est là que Maurice Leblanc découvre Alexandre Marius Jacob, alors qu’il assiste au procès en tant que journaliste. Durant son procès, Jacob assume tous les vols et tourne son procès en spectacle. Il est droit, fier, insolent et fait rire le public. Si bien que le troisième jour de son procès, la foule l’acclame lors de son arrivée. Le 22 mars, il est condamné aux travaux forcés à perpétuité aux Île du Salut (lieu de détention de Dreyfus).

Trois mois après le procès, Maurice Leblanc créa Arsène Lupin, son héros cambrioleur, intelligent et gentleman. Ainsi, le 15 juillet 1905, Maurice Leblanc publie le premier roman de son héros : L’arrestation d’Arsène Lupin. Les mots humoristiques laissés par Arsène Lupin, le fait qu’il s’attaque aux bourgeois ou encore sa capacité à se déguiser, sont inspirés des cambriolages d’Alexandre Marius Jacob. Si contrairement à Jacob, Arsène Lupin est un bourgeois, tous les deux commettent leurs délits sans effusion de sang.
https://www.berryprovince.com/blog/arsene-lupin-une-histoire-berrichonne/

arcob91
Niveau 11
23 novembre 2023 à 18:30:15

Bonjour Ultima!
Maurice Leblanc a bien eu raison de s'inspirer de Marius Jacob. C'est passionnant. Je le pense aussi.
Connaissiez-vous aussi l'histoire des péripéties de Baldwin Bredell et Arthur Taylor. Alors eux, c'est tout aussi "space". Ils avaient trouvé le moyen de faire des faux billets de 100$ à partir de vrais de 1$, en les coupant dans le sens de l'épaisseur, pour garder la qualité du papier, et donc quasiment indétectables. Une histoire folle car, une fois alpagués, ils ont aussi trouvé les moyens de contrefaire des 20$, de les écouler, mais en taule, cette fois, sous les yeux embués des gardiens! fin XIXeme, début XXeme siècle.
Quant au vrai "faux" Bojarski qui se monnaye aujourd'hui aux enchères de 30 à 50 fois la valeur de l'original 100Fr Bonaparte, ça laisse effectivement pantois.
Je cherche des infos sur un faux faux-monnayeur qui faisait passer de la vraie monnaie pour de la fausse, afin de pigeonner des lascars cupides, leur faisant croire qu'il avait besoin d'argent pour passer d'une production artisanale de fausse monnaie à une production quasi-industrielle. Une fois les fonds acquis, il décampait vite fait. Difficile pour les pigeons d'aller porter plainte, c'eut été pour eux avouer d'avoir tenter de participer à une entreprise illicite de faux-monnayage. Tout ce que pouvait faire la police, c'était de prévenir. Mais les activités du faisandier restaient légales. Au pire il pouvait se dédouaner. Sans preuves d'utilisation frauduleuse d'un don en espèce, il restait intouchable.
Salutations https://www.noelshack.com/2023-47-4-1700760412-1kgx-2.png

Baku9
Niveau 26
24 novembre 2023 à 15:38:44

Maurice Leblanc s'est surtout assez rapidement éloigné de l'anarchisme, d'où le fait qu'il n'ait pas assumé l'influence de l'illégalisme sur son personnage (qui est devenu par la suite un espèce de baron colonial sans aucun rapport avec l'image de gentleman cambrioleur)

Dans le genre illégaliste, la vie de Durruti est encore plus romanesque que celle de Marius Jacob

Ultima-Thule56
Niveau 2
28 novembre 2023 à 15:32:18

Bonjour arcob91,
je ne connaissais pas non plus ces 2 "artistes" : ils font partie des personnes qui ont décidé de mettre leurs talents au profit d'activités illégales car c'est plus rémunérateur que de rester du bon coté de la loi!

Ultima-Thule56
Niveau 2
28 novembre 2023 à 15:43:39

Bonjour Baku9,
je ne connaissais pas Durruti et d'après ce que j'en vois, il me fait penser à une sorte de Che Guevara espagnol.
Mais bizarrement l'Histoire des anarchistes est peu enseigné à l'école ! :rire2:

1
Sujet : Alexandre Marius Jacob, le gentleman cambrioleur
   Retour haut de page
Consulter la version web de cette page