Se connecter

Savoir & Culture

Philosophie

Sujet : Simone Weil et la condition ouvrière (comprendre une phrase)
1
Pwin
24 septembre 2022 à 17:14:57

Bonjour,

Je suis actuellement en train de réaliser un devoir (un résumé de texte sur "la condition ouvrière de Simone Weil). Mais une tournure de phrase me pose problème :snif: La voici (je la mets un peu en contexte) :

"Mais si on considère la rationalisation du seul point de vue de la production, elle se range parmi les innovations successives dont est fait le progrès industriel ; tandis que si on se place du point de vue de l'ouvrier, l'étude de la rationalisation fait partie d'un très grand problème, le problème d'un régime acceptable dans les entreprises industrielles. Acceptable [...]." (p.303)

Je ne comprends pas ce qu'elle entend par "régime"... Est-ce qu'elle l'emploi en tant que synonyme de "rationalisation" ?
Quelqu'un pourrait-il m'éclairer s'il vous plaît ? :hap:

pro-laid-taire
24 septembre 2022 à 17:46:58

https://www.cnrtl.fr/definition/r%C3%A9gime

[jsp]
24 septembre 2022 à 17:48:50

Ben non, le terme régime désigne ici l'organisation au sein des entreprises industrielles, organisation du travail, de la production et de la hiérarchie.

Pwin
24 septembre 2022 à 18:18:41

Mais du coup... La rationalisation est acceptable pour les travailleurs ?
(merci de vos réponses au fait ^^)

pro-laid-taire
24 septembre 2022 à 18:20:52

Acceptable parce qu'ils ne peuvent pas ne pas accepter le régime que le système leur impose surtout à l'époque de Simone Weil https://www.noelshack.com/2022-38-6-1664035946-full-1.png

[jsp]
24 septembre 2022 à 18:45:14

A priori les effets de la rationalisation de la production sont difficilement acceptables pour les travailleurs du point de vue de ses effets sur leurs vies concrètes. Mais si tu commençais par lire ce qui précède et ce qui suit dans le texte de la conférence de Weil, tu y verrais peut-être plus clair.

Pwin
24 septembre 2022 à 19:47:11

Le 24 septembre 2022 à 18:45:14 :
A priori les effets de la rationalisation de la production sont difficilement acceptables pour les travailleurs du point de vue de ses effets sur leurs vies concrètes. Mais si tu commençais par lire ce qui précède et ce qui suit dans le texte de la conférence de Weil, tu y verrais peut-être plus clair.

Je l'ai lu (en entier)... Mais j'ai dû mal comprendre ce passage. Moi je comprends que justement, les travailleurs trouvent ce régime acceptable et, de fait, ils ne cherchent pas celui qui serait le plus désirable... Je me trompe complètement ?

Pwin
24 septembre 2022 à 19:52:49

"La rationalisation apparaît comme un perfectionnement de la production. Mais si on considère la rationalisation du seul point de vue de la production, elle se range parmi les innovations successives dont est fait le progrès industriel ; tandis que si on se place du point de vue ouvrier, l'étude de la rationalisation fait partie d'un très grand problème, le problème d'un régime acceptable dans les entreprises industrielles.
Acceptable pour les travailleurs, bien entendu ; et c'est surtout sous ce dernier aspect que nous devons envisager la rationalisation, car si l'esprit du syndicalisme se différencie de l'esprit qui anime les milieux dirigeants de notre société, c'est surtout parce que le mouvement syndical s'intéresse encore plus au producteur qu'à la production, contrairement à la société bourgeoise qui s'intéresse surtout à la production plutôt qu'au producteur."

Voici le passage que je ne comprends pas :snif:

[jsp]
24 septembre 2022 à 20:44:53

Elle est littéralement en train de dire que le problème du caractère acceptable de la rationalisation industrielle ne peut se poser que du point de vue du producteur (parce que du point de vue de la production, une telle transformation apparaît comme évidemment plus efficace) et que c'est l'esprit du syndicalisme d'adopter le point de vue du producteur là où l'esprit bourgeois s'intéresse d'abord à la production.

Elle ne dit nullement que ce nouveau régime de production est acceptable (de ce point de vue, le mouvement ouvrier, les syndicats, les grèves, etc... témoignent de ce qu'il n'est pas toujours accepté).

Elle continue du reste en disant que si l'organisation de la production au sein des entreprises industrielles est la plupart du temps acceptée et qu'elle fait peu question c'est que, en haut, du côté des théoriciens comme Marx ou Proudhon, on avait affaire à des intellectuels oisifs, "faute d'avoir été eux-mêmes au nombre des rouages d'une usine" et que, en bas, du côté des producteurs, les préoccupations immédiates et quotidiennes empêchent d'envisager le caractère peu supportable de la vie de l'ouvrier à la chaîne comme un problème politique.

pro-laid-taire
24 septembre 2022 à 21:09:14

Ah ouais

T'es pas bête toi bonhomme

https://www.noelshack.com/2022-38-6-1664035946-full-1.png

Pwin
24 septembre 2022 à 21:10:38

Le 24 septembre 2022 à 20:44:53 :
Elle est littéralement en train de dire que le problème du caractère acceptable de la rationalisation industrielle ne peut se poser que du point de vue du producteur (parce que du point de vue de la production, une telle transformation apparaît comme évidemment plus efficace) et que c'est l'esprit du syndicalisme d'adopter le point de vue du producteur là où l'esprit bourgeois s'intéresse d'abord à la production.

Elle ne dit nullement que ce nouveau régime de production est acceptable (de ce point de vue, le mouvement ouvrier, les syndicats, les grèves, etc... témoignent de ce qu'il n'est pas toujours accepté).

Elle continue du reste en disant que si l'organisation de la production au sein des entreprises industrielles est la plupart du temps acceptée et qu'elle fait peu question c'est que, en haut, du côté des théoriciens comme Marx ou Proudhon, on avait affaire à des intellectuels oisifs, "faute d'avoir été eux-mêmes au nombre des rouages d'une usine" et que, en bas, du côté des producteurs, les préoccupations immédiates et quotidiennes empêchent d'envisager le caractère peu supportable de la vie de l'ouvrier à la chaîne comme un problème politique.

Merci énormément de prendre le temps de me répondre, sincèrement. Je suis confuse, j'avoue ne toujours pas comprendre (désolée). En fait je ne comprends pas l'association des termes "problème" et "acceptable".
"Acceptable pour les travailleurs bien entendu [...]" : cette phrase me perd encore plus.
Je pense avoir compris le reste du texte mais là, je bloque... et pourtant, j'essaie vraiment de comprendre

[jesuispartout]
24 septembre 2022 à 21:15:03

Je vais reformuler simplement :
La rationalisation de l'industrie (tu sais ce que ça désigne ?) pose, du point de vue des travailleurs, le problème de savoir si l'organisation au sein de l'entreprise est acceptable.

Pwin
24 septembre 2022 à 21:17:43

Je sais ce que cela désigne oui. Mais ce que tu tout viens d'écrire, je n'arrive pas à le retrouver à travers les mots de S. Weil.

Pwin
24 septembre 2022 à 21:18:56

huummm... Est-ce que elle fait de "régime le plus désirable" un synonyme de "régime acceptable" ?

[jsp]
24 septembre 2022 à 21:23:33

Le 24 septembre 2022 à 21:17:43 :
Je sais ce que cela désigne oui. Mais ce que tu tout viens d'écrire, je n'arrive pas à le retrouver à travers les mots de S. Weil.

"[...] si on se place du point de vue de l'ouvrier, l'étude de la rationalisation fait partie d'un très grand problème, le problème d'un régime acceptable dans les entreprises industrielles"

C'est dans ton premier message.

[jsp]
24 septembre 2022 à 21:25:14

Le 24 septembre 2022 à 21:18:56 :
huummm... Est-ce que elle fait de "régime le plus désirable" un synonyme de "régime acceptable" ?

Ce ne sont pas des synonymes stricts. Il peut exister des régimes acceptables qui ne soient pas les plus désirables (comme dans l'absolu il se pourrait bien que même le régime le plus désirable ne soit pas acceptable mais en l'occurrence, elle présente le régime le plus désirable comme acceptable).

Pwin
24 septembre 2022 à 21:26:13

Le 24 septembre 2022 à 21:23:33 :

Le 24 septembre 2022 à 21:17:43 :
Je sais ce que cela désigne oui. Mais ce que tu tout viens d'écrire, je n'arrive pas à le retrouver à travers les mots de S. Weil.

"[...] si on se place du point de vue de l'ouvrier, l'étude de la rationalisation fait partie d'un très grand problème, le problème d'un régime acceptable dans les entreprises industrielles"

C'est dans ton premier message.

je crois que j'ai compris :-)
Mais... ça impliquerait que, du coup régime acceptable = régime désirable (dans ses mots), non ?

Pwin
24 septembre 2022 à 21:27:10

Le 24 septembre 2022 à 21:25:14 :

Le 24 septembre 2022 à 21:18:56 :
huummm... Est-ce que elle fait de "régime le plus désirable" un synonyme de "régime acceptable" ?

Ce ne sont pas des synonymes stricts. Il peut exister des régimes acceptables qui ne soient pas les plus désirables (comme dans l'absolu il se pourrait bien que même le régime le plus désirable ne soit pas acceptable mais en l'occurrence, elle présente le régime le plus désirable comme acceptable).

MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!!!!!!!!! J'ai compris ! Enfin ! Je m'étais mise en tête que ça ne signifiait pas du tout la même chose. Merci beaucoup !

[jsp]
24 septembre 2022 à 21:27:24

Un régime désirable du point de vue de la condition ouvrière serait un régime acceptable du point de vue des ouvriers, oui.

ilestoulesoleil
29 septembre 2022 à 10:04:07

Simone Weil est une sophiste, je comprends rien à son charabia pour dire une idée simple avec une phrase compliqué pour rendre mystérieux l’idee la plus simple

Explique moi ce qu’elle veut dire avec des mots normaux

1
Sujet : Simone Weil et la condition ouvrière (comprendre une phrase)
   Retour haut de page
Consulter la version web de cette page