Se connecter

Savoir & Culture

Philosophie

Sujet : Mon problème avec l'irénisme, croire ou savoir.
1
OniDana
29 septembre 2022 à 19:01:44

Ce que m'a definitivement posé problème avec l'irénisme et mes discutions theologico philosophiques, c'est cette question complexe.
Je sais que je ne sais rien, ce que fini par dire Descartes.
Ok.
"Je sais que je ne sais rien"... Ca m'a l'air simple. Non c'est simple et je le sais. Pourtant je ne sais rien et c'est ce que le savoir m'amene. Dans la même lignée que Socrate selon qui Il n'y a pas plus proche de la vérité que celui qui se sait en être le plus éloigné, que L'ignorance savante de pascal, ou que les trous dans le gruyere qui augmentent à mesure qu' il y a du gruyere

Mais et si je crois que je ne sais rien, ou bien que j'ai foi que je ne sais rien.
N'est il pas plus difficile de croire que de savoir ? Voila ma question complexe.

Et pourtant, ne nous confrontons-nous pas à la finitude du croire sur l'infinité du savoir ? Je crois qu'il serait plus difficile de savoir que de croire dans la mesure où le fini me semble plus facile d'accès que l'infini, mais il m'est bien plus facile de le croire que de le savoir.

SizaI
29 septembre 2022 à 19:12:28

Je sais que je ne sais rien, ce que fini par dire Descartes.

?

OniDana
29 septembre 2022 à 19:14:49

Le 29 septembre 2022 à 19:12:28 :

Je sais que je ne sais rien, ce que fini par dire Descartes.

?

T'inquiete

[jsp]
29 septembre 2022 à 19:49:01

Descartes commence par dire faisons comme si je ne savais rien.
Puis il dit je sais que je suis.
Puis il dit je sais que Dieu existe et que mon âme est immortelle.
Puis il décrit le fonctionnement du système cardiaque, les mouvements des astres, l'optique, etc...

OniDana
29 septembre 2022 à 21:50:15

Mais alors pour ma question ?
Croire ou savoir ?

Thendoftimes
29 septembre 2022 à 22:21:11

Est il plus difficille de croire ou de savoir.

J'vais pas te mentir je vois pas trop l'interet de la question. C'est pas une competition ou une bataille d'ego. "Oui vous les scientifique vous nous etes inferieur a nous les croyant ! parce que le plus difficille c'est de croire !" "Non mais vous vous rendez pas compte du travail pour acquerir du savoir ! vous faites qu'aveuglement croire vous c'est tellement plus facile !"

Ensuite il n'y a evidemment pas assez d'informations pour juger. Ca depend completement de l'objet de la sincerité de la foi. C'est juste pas quantifiable. Ca depend des personalité , de la situation, de l'histoire de l'individu etc...

T'as des gens qui preferent les maths aux français pareillement t'as des gens pour qui ce sera plus facile de croire que de savoir, la ou d'autre ca leur prendra toute leur energie et gros travail sur leur preconception pour croire.

Ca me parait evident que tu ne peux pas poser la question en absolu.

Et comme je l'ai dit plus tôt je n'y vois pas vraiment d'interet puisque les 2 sont important. Ya pas de guerre de paroisse à mener.

SizaI
29 septembre 2022 à 22:22:26

Le 29 septembre 2022 à 21:50:15 :
Mais alors pour ma question ?
Croire ou savoir ?

Croire qu'il est possible de savoir.
Autrement dit, permettre la connaissance par la croyance.

OniDana
29 septembre 2022 à 22:42:58

Le 29 septembre 2022 à 22:21:11 :
Est il plus difficille de croire ou de savoir.

J'vais pas te mentir je vois pas trop l'interet de la question. C'est pas une competition ou une bataille d'ego. "Oui vous les scientifique vous nous etes inferieur a nous les croyant ! parce que le plus difficille c'est de croire !" "Non mais vous vous rendez pas compte du travail pour acquerir du savoir ! vous faites qu'aveuglement croire vous c'est tellement plus facile !"

Ensuite il n'y a evidemment pas assez d'informations pour juger. Ca depend completement de l'objet de la sincerité de la foi. C'est juste pas quantifiable. Ca depend des personalité , de la situation, de l'histoire de l'individu etc...

T'as des gens qui preferent les maths aux français pareillement t'as des gens pour qui ce sera plus facile de croire que de savoir, la ou d'autre ca leur prendra toute leur energie et gros travail sur leur preconception pour croire.

Ca me parait evident que tu ne peux pas poser la question en absolu.

Et comme je l'ai dit plus tôt je n'y vois pas vraiment d'interet puisque les 2 sont important. Ya pas de guerre de paroisse à mener.

Nan nan nan là tu vas trop vite en besogne.
Jallais lecrire tout ca pour cover mon pavé et anticiper ces messages relativiste qui interdisent toute pensée.
Je te signal que cette question nest pas si absurde pour toi puisqu'elle etaye également le centre du roman que tu souhait(ais) ecrire sur une sociéte qui avait perdu la trace de dieu et de toute croyance.
Il sembalit alors pour elle que le savoir soit la chose la plus simple et evidente.
Et pourtant ce meme savoir repose sur le fait de ne rien savoir.
Là ou la croyance a la certitude d'apporter une finitude au monde.

Alors pourquoi la rejeter ajourd'hui ?

Pourquoi est il si dur de garder (avoir) la foi aujourd'hui ?

[jesuispartout]
29 septembre 2022 à 23:16:15

Tout le monde croit, ne serait-ce que pour des raisons pratiques. Mais il y a plusieurs modalités de la croyance. Quand je dis que je crois que manger des carottes est bon pour ma santé, que je crois qu'il y a un tableau nommé la Joconde entreposé au musée du Louvre, que je crois que j'ai vécu mon enfance dans telle et telle villes, que je crois que l'acteur principal du film Gangs of New-York est Leonardo Dicaprio, aue je crois qu'il existe un pays nommé le Burkina Faso, que je crois que l'environnement que je vois actuellement devant mes yeux est réel, que je crois mon ami quand il me dit que c'est de son propre chef qu'il a décidé d'aller en cure de désintoxication ou que je crois en Dieu, je n'exprime pas les mêmes choses par le verbe croire. Parfois il s'agit simplement d'opinions que je sais pouvoir être fausses sans que cela me gêne, parfois ça engage la question de qui je suis et de mon rapport à la réalité, parfois ça engage ma confiance en la parole d'autrui et dans la dernière c'est même moi qui décide d'engager le sens que je donne à ma vie dans l'objet de ma foi.

Les croyances du type des opinions factuelles sont inévitables en tant que j'ai à agir dans le monde, même si lorsque je philosophe, je peux bien m'amuser à les balayer toutes du revers de mon ample main.

De ce point de vue, croire est très facile pour l'humanité, c'est une chose entièrement spontanée.

Mais vient aussi pour nous tous un moment où nous sommes détrompés dans une croyance à laquelle nous adhérions et en ce sens, savoir que certaines au moins de nos opinions sont incertaines est aussi un acte facile pour l'humanité quoique secondaire et parfois douloureux.

De l'autre côté, reconnaître que certaines des croyances fondamentalementales dans notre rapport au monde et à nous-mêmes peuvent être fausses peut être très difficile, tout comme les actes de confiance voire de foi peuvent être très difficiles. Il n'y a donc pas par principe une difficulté plus grande dans l'acte de croire ou dans celui de savoir.

Même si jouer la posture de celui qui affirme -donc qui sait- péremptoirement la difficulté et la noblesse plus grande de l'un ou de l'autre peut être très désirable et produire beaucoup d'effet sur le public ; les postures péremptoires font toujours de l'effet.

1
Sujet : Mon problème avec l'irénisme, croire ou savoir.
   Retour haut de page
Consulter la version web de cette page